Serendou en tournée au Niger

serendou-niger

Alors, nous voilà repartis vers le Niger pour une tournée avec Serendou. Départ de Plouaret ce matin, escale à Paris, en route vers Orly, où je retrouve  Jacques-Yves Lafontaine.

Jacques Yves Lafontaine

Nous ferons escale à Casablanca avant d’arriver à Niamey à 4h40 le matin.

exit

Il fait déjà chaud, un chauffeur du CCFN nous attend et nous envoie à notre hébergement.
Courte mais bonne nuit.

17 février 2012

Réveil tranquille, Jean-François nous attend, nous sommes super heureux des retrouvailles. Yacouba nous rejoint rapidement, nous parlons un peu et filons au CFPM pour parler de Dastum et d’une coopération possible.

niamey

Mamane Barka est également présent et il est vraiment très pertinent dans ses questions et les perspectives possibles. On verra ce qu’il en sera, Moussa doit rédiger un projet qu’il donnera à Yacouba lors de sa venue en Bretagne en Mars.
Ensuite, déjeuner au Baobab, Jaco se réjouit de son poulet Yassa!!! Nous avons l’impression d’avoir quitté Niamey hier! Il fait très chaud et le vent souffle beaucoup amenant beaucoup de poussière.
L’après-midi, tentative de relever mes mails mais c’est difficile!! Le débit est très faible,  l’après midi rencontre avec le nouveau directeur du CCFN, l’ambiance est détendue, nous tâcherons de faire un bon concert dans 10 jours ici. Conférence de presse à suivre, très drôle pour moi, beaucoup de monde, beaucoup de questions sur la musique dite traditionnelle qui intrigue ici car elle est considérée comme archaïque.

Niamey

niamey

niamey

La conférence va durer 2 heures, puis d’autres questions en aparté, Yacouba passe vite fait chez lui et revient 2 heures plus tard!! Nous resterons, Jaco, Jean-François et moi à siroter une “Conjoncture” la bière locale avant d’aller dans un resto Sénégalais manger un nouveau Yassa succulent. Le resto sur sur le sable, nous sommes les seuls clients, il y a une seule affiche dans ce grand restaurant que Yacouba ne connaissait pas, c’est une affiche de Yacouba!! ça recommence, “Denké denté par ci, “Denké denté” par là, nous sommes morts de rire avec Jaco. Le repas prend un tournure plus grave quand nous parlons de la situation au Sénégal qui va bientôt déteindre au Mali et qui ramène Yacouba à la situation au Niger où tout est bloqué par une coalition qui voulait le pouvoir et ne fait plus rien maintenant. La population crève de faim, les détournements d’argent continuent et rien ne bouge, je sens Yacouba fatigué. Retour au CCFN, petite discussion avec Jaco et au lit car demain nous partons vers Zinder à 5h30.

18 février 2012

Levés très tôt ce matin nous partons à l’aéroport. Curieusement il y a du monde, Jean-François nous explique qu’il y a maintenant beaucoup de passes-droits sur les avion du PAM (Programme alimentaire mondial) le gouvernement fait passer beaucoup de potes, la famille,… nous prendrons l’avion car les consignes de sécurité demeurent et nous n’avons pas le droit de quitter les villes (Niamey, Zinder,..) ni de prendre le bus. Conclusion, les blancs en avion et les noirs en bus, absurde!! Nous faisons une grande boucle, escale à Tahoua, escale à Agadez, il fait très chaud, le paysage contraste sévèrement avec le mois de septembre quand nous étions venus. Tout est cramé, la terre est cuite, archi cuite,…

vue d'avion

la région d’Agadez est particulièrement impressionnante, je vois enfin ce qu’est le désert. Je me demande comment on peut vivre ici.

vue d'avion

Nous repartons et arrivons à Zinder, Super content de retrouver cet environnement où nous gardons beaucoup de bons souvenirs.

Petit repas, sieste indispensable et bonne discussion avec Jean-François, les amis nous retrouvent après 15h de bus, ils sont évidemment très très fatigués, nous allons dîner dans un petit resto où nous retrouvons Pascal qui s’occupe de recenser des enfants en brousse pour les mettre dans des internats à Zinder afin de le scolariser, on sent la personne généreuse mais écorchée et fatiguée de se battre dans un monde qui ne tourne que dans le sens ou les puissants ont décidés qu’il devait tourner les plus démunis sur le bas côté. Sont présents également Marion une jeune femme originaire de Suisse qui passe la moitié de l’année en Suisse et l’autre moitié ici, elle travaille avec des jeunes enfants malades depuis plus de 10 ans et garde, elle, toujours de l’enthousiasme et de l’énergie pour s’impliquer auprès de ces enfants. Retour de bonne heure à notre hébergement et dodo.

19 février 2012

Bonne nuit, je retrouve les amis, Jaco et Jean-François partent de bonne heure retrouver les 5 techniciens qui sont venus pour suivre 3 jours de formation auprès de Jaco.

Formation

Yacouba et moi allons à la radio Anfani pour une interview.

radio anfaniradio anfani

Un petit saut pour attraper un tapis de prière et nous rentrons pour déjeuner et continuer le filage. Tout va bien, les morceaux reviennent et nous avons toujours autant de plaisir à les partager. A 17h00 nous nous rendons au CCFN pour la balance qui va prendre 2h30.

Jacques-Yves va passer une heure et demi à tout re-tester pour voir avec quoi il peut sonoriser le concert.

CCFN NiameyLe concert va démarrer à 21h00 dans un espace à moitié rempli. L’écoute est très douce et le public est conquis malgré quelques petits pains qui fusent par ci par là. Le concert se termine, je suis en train d’enlever ma chemise dans les loges quand 40 personnes déboulent pour faire les salutations, je remets ma chemise vite fait et salue, dans l’ordre, les notables, les anciens, les journalistes, les musiciens, les ados, les enfants,… déglingué encore et encore!!
Puis nous plions et retrouvons des amis chez Jean-François qui a fait livrer de quoi dîner, Ali A Tchibilli, Boubé (le mari de Zara Moussa), tous les stagiaires de Jaco, l’équipe technique du CCFN et quelques musiciens du cru. Nous allons aussi discuter avec Julien, un Suisse qui a tout plaqué pour venir ici ouvrir un resto, les affaires vont mal car il n’y a plus beaucoup de blancs, il y a la famine, la misère,… il veut rester, ne souhaite plus retourner en Suisse car l’actuel mode de vie de ses compatriotes le déconcerte totalement. Manon, rencontrée vendredi est là également, elle nous parle de son association “Sentinelles” qui travaille avec des enfants atteint du Noma, c’est terrifiant, c’est une maladie liée à des soucis d’hygiène bucco-dentaire qui touche les tous jeunes entre 2 et 7 ans, la bouche se fait manger par une bactérie, elle travaille à soigner, opérer  et suivre les enfants touchés par ce mal jusqu’à leur insertion en tant qu’adultes. Choses non aisée car les croyances populaires attribuent cette maladie au mauvais oeil, donc, on ne parle pas des malades et on rejette ceux qui sont guéris. Nous irons les rencontrer mardi matin.

20 février 2012

Yacouba MoumouniCouchés tard et levés de bonne heure, ce matin, au réveil on ressent la poussière plus que d’habitude, je sors de ma chambre et je vois un brouillard comme chez nous, tout de suite, je sens ma bouche pâteuse, les narines obstruées et la poussière qui me pénètre la peau, c’est très bizarre!!! Puis en route vers le CCFN, il y a une rencontre avec Yacouba “Denké Denké”, il y a une quarantaine de personnes, beaucoup de jeunes, qui sont là et le débat sera superbe.

Yacouba est une légende vivante dans son pays et un révolutionnaire dans une culture très conservatrice, on va parle de religion, de son parcours, de politique, de projet de vie,…

il reste impressionnant de cohérence et ne s’est jamais monté la tête au contact de puissants ou avec la notoriété réelle qu’il a ici.

Rencontre entre Yacouba et jeunes de ZinderRencontre entre Yacouba et jeunes de Zinder

Yacouba Moumouni

Retour à notre hébergement sieste nécessaire. Nous repartons en fin d’après-midi à “La Mare” où joue Ali Atchibilly. Le lieu est en périphérie de Zinder, il y a beaucoup de monde, la sono est mal réglée tout va bien, l’aigu crie comme il faut, heureusement que j’ai mes bouchons. Il y a le même orchestre et les chanteurs se succèdent.

Orchestre

A part Ali, tous les chanteurs se comportent en griots, ils chantent la louange des gens présents qui leur déposent des billets de banque sur le front, ce sera une partie du salaire de l’orchestre. Petit dîner et au lit après avoir aidé Barry à remplir son inscription Sacem.

 

21 février 2012

Nous commençons la journée par travailler un nouveau morceau, puis nous rendons visiter les enfants de l’association Sentinelles atteints du Noma, c’est une horrible maladie vous mange le visage si vous n’y prenez pas garde, certains enfants ressemblent à des poilus de 14/18 avec leur visage sans peau où l’on voit les mâchoires déformées. Nous avons joué, ils ont dansé, nous ont chanté des chansons, semblaient très contents de notre visite et nous en étions super émus.

Concert à l'association Sentinelles

Ensuite, petit saut au CCFN pour voir l’atelier de Jaco.

stage

et les marionnettes de Léandre qui me fait une petite démonstration de ce que l’on peut en faire.

marionnettes

Retour chez Jean-François et l’on se remet au travail tranquillement. Le soir dîner avec l’équipe de Sentinelles et au lit après la petite night cap. Le temps aura passé très vite, je m’imprègne des derniers moments de Zinder, ses odeurs, ses bruits,… demain départ vers Maradi. Les Nigériens se lèvent à 4h00 du matin pour prendre le bus, nous serons plus tranquilles (une fois de plus) et partons vers 11h00.

22 février 2012

Une bonne nuit et nous voilà à l’Alliance Française pour faire un point sur la technique, en principe, il y a tout ce qu’il faut, je profite de la connexion internet pour faire partir mes mails. Un petit point sur le matériel jeudi matin et installation vers 17h00, il fait chaud, très chaud, l’ordi de Jaco et sa carte son vont décrocher 3 fois dans l’après-midi.

concert

J’ai oublié un câble à l’hôtel, François m’y envoie en moto, je lui demande s’il y a beaucoup d’accidents ici, il me dit “Énormément !! Et quand tu arrives à l’hôpital suite à un accident de moto, tu te fais refouler, car ils refusent de soigner les accidents de moto!!” Me voilà prévenu !.

zinder

Avant le concert nous parlons d’une expression que j’ai vu plusieurs fois, “les femmes fistuleuses”, il s’agit de femmes précocement mariées, elle ont des relations sexuelles avant d’y être prêtes et leur appareil génital et urinaire est complètement chamboulé. Elles ne peuvent plus contrôler le système urinaire,…Voilà encore une énorme catastrophe sanitaire et sociale, ces femmes commencent à s’organiser, sont soutenus par des artistes, notamment un grand cinéaste qui vient de faire un film sur la question.

Le concert se passera bien, pas la grosse foule, les gens ont du mal à se rendre dans ce type de lieu, l’entrée est à 500FCFA (- de 1€), François est un peu déçu du manque de curiosité des nigériens, surtout quand on voit l’accueil depuis notre arrivée de “Denké Denké”.

serendou

Nous allons poser et les affaires à l’hôtel et nous mangeons au maquis, sorte de club branché ici, il y a plein de monde, comme quoi les gens sortent. Nous parlons du prochain championnat de lutte qui démarre demain à Maradi jusqu’au 5 Mars, c’est très tendu, c’est un championnat national et on pressent beaucoup de violence. 1500 militaires arrivent de Niamey et cela va durer 10 jours. Retour en moto à l’hôtel, j’arrive avant Jaco qui est tombé en panne sèche avec François.

23 février 2012

Départ ce matin vers Maradi, nous faisons les adieux à l’équipe de Zinder, Jean-François, Yaco et Mamane. Nous arrivons à l’aéroport vers 11H00, fouille de tous les bagages à l’africaine, très très nonchalant et peu méthodique. Le voyage est très rapide, vu d’en haut Maradi est beaucoup plus vert que Zinder c’est incroyable la différence. François  Perrin, responsable de l’alliance française, nous attend. Il nous dit qu’il n’a pas de voiture pour nous convoyer et nous allons faire le voyage en 2 tours; Jaco en moto et moi en scooter, François chauffe Jaco et part sur les chapeaux de roues, mon chauffeur de scooter ne pourra le suivre, ce qui me convient très bien.

maradi

Les passages au carrefour sont un peu scabreux au niveau du code de la route mais nous arrivons entier. Les valises arriveront après. Nous retrouvons Yacouba et Barry, l’hôtel est déglingué, nous avons des chambres au fond de la cour mais tout le reste est en chantier!! Il y a des montages de parpaings et des étais partout, c’est un joyeux bordel notre Fouquet’s à nous, Jaco et moi sommes mort de rire.

hotel à maradi

Nous allons dîner dans le resto de François et le proprio de l’hôtel vient nous chercher, il nous raconte sa vie de Diplomate entre l’Allemagne, la Belgique, l’ex-Urss et la Chîne, il est très drôle et super sympa. Tout va bien.

hotel à maradi

Nous rentrons à l’hôtel et traversons des rues remplis de détritus et de sacs plastiques, les chèvres sont en plein milieu de tout ça et mangent les sacs plastiques.

Sacs plastiques

En fin d’après-midi, nous allons Jaco et moi faire un saut à l’alliance française afin de faire un petit point sur la matériel pour le concert de demain. L’Alliance est à 400 m de l’hôtel, nous y allons tranquillement à pied, le directeur de l’hôtel nous indique l’itinéraire, il nous rattrapera quelques minutes plus tard en voiture, il a omis un carrefour dans sa description, pas de soucis, nous allons trouver. L’ambiance est paisible, il fait chaud, nous sommes les seuls blancs donc on nous regarde, notamment les enfants, d’un air intrigué. C’est drôle.

Nous arrivons à destination, le lieu est très sympa, nous faisons la connaissance de l’équipe, profs d’informatique, prof de français, responsable technique, responsable médiathèque. Nous passerons une heure à découvrir le lieu, François nous rejoint pour quelques minutes, il est très fatigué car il vient de démarrer un palud qui le secoue méchamment. Retour à l’hôtel, Jaco et moi nous installons dans la salle de resto de l’hôtel et commandons des boissons pour la soirée et démarrons une séance d’échange de fichiers et de photos. Au dîner, la télé tourne dans le restaurant, nous découvrons que la musique de Serendou est déjà utilisée pour un documentaire sur l’intercommunalité diffusé sur TV Sahel (Télé Nationale) Yacouba est très fier !!

24 février 2012

Yacouba et Barry sont partis vers 7h00, nous nous sommes levés pour les saluer et sommes retournés dormir jusqu’à 9h00. Copieux petit dej et départ avec le propriétaire de l’hôtel qui nous a un peu oublié, moment de panique!!! Nous arrivons à 11h55 au lieu de 11h45, finalement l’avion a 2h00 de retard grâce à la venue du premier Ministre à Maradi pour l’ouverture du championnat de lutte traditionnelle. Nous arrivons dans un joyeux bordel, il y a plus de mille personnes, des sultans, des maires, des guerriers, des bipasses, des griots,….

aeroport de maradi

Nous aurons plein de musique avant d’embarquer, notre avion étant, malheureusement, là avant celui du Ministre. Moment privilégier pour observer les hiérarchies, les potentats, et les abus de tous poils,….
Finalement nous embarquons dans un avion plein comme un oeuf. Arrivons à 15h00 à Niamey où nous retrouvons Jean-François qui part ce soir à Paris. Nous resterons passer un temps au CCFN, Yacouba et Barry sont encore dans le bus. Je flâne un peu et découvre l’affiche, le concert est bien annoncé.

Affiche concert Serendou

Il y a un concert avec 3 groupes ce soir, nous assisterons aux balances et rencontrerons quelques musiciens essentiellement du reggae et du rap. Il y a pas mal de monde, l’ambiance est sympa et l’un des 3 groupes est très intéressant. Jean-François est tout fier de nous dire qu’il a un taxi très fiable (choses rare ici) il l’appelle et ils prennent rendez-vous pour 22h30, à cette heure nous filons un coup de main à Jean-François pour porter ses valises à l’extérieur du CCFN, nous attendons un moment et Jean-François appelle le taxi qui lui dit qu’il est là,… nous regardons bien et ne voyons aucun taxi, “ mais vous êtes où ??” “Et bien ….à l’aéroport !!” Grosse panique, le taxi arrive au CCFN à 300 à l’heure et Jean-François embarque, nous n’avons pas de nouvelles, ce qui veut dire qu’il a réussi à prendre son avion. Quelques flags en penn eus penn avec Jaco et au lit.

25 février 2012

Réveil et petit dej tranquille, nous croisons Boubé Diallo qui répète ici avec des peuls bororo, je passera les voir travailler.

Boubé Diallo

Yacouba arrive à la bourre suite à des embrouilles de voiture et nous filons à Anfani pour une interview, tout se passe bien dans une Niamey agitée, bruyante et sonore.

radio

Un déjeuner au Baobab et Jaco et moi filons au grand marché car Jaco souhaite acheter des tissus. Nous entrons dans un méandre de couloirs et de travées, un fourmilière hallucinante! Tout est, paradoxalement, bien organisé, le coin tissus, le coin, charcuterie, le coin produits de santé,….Jaco trouve ses trésors et nous rentrons sous un gros soleil au CCFN. Il fait très très chaud à ce moment e la journée, traversons le petit marché et arrivons dans nos quartiers où la sieste s’impose après un petit verre de jus de gingembre.
Au réveil, une conférence/débat a commencé dans la paillote face à nos quartiers. Le thème est la guerre et des conflits en Afrique, il y a une belle audience. La balance aura lieu à 18h00 du coup. Tout ira bien, l’éclairagiste fait le funambule sur le pont au dessus de nous.

Funambule

Nous serons visité par le manager de Mamar Kassey, Moktar Touré, Ousseiny, difficile de se concentrer avant le concert. Nous y allons, tout se passe bien !! Le public est ravi, on plie, une douche et Yacouba nous envoie promptement à l’aéroport!!
Pas le temps de dire ouf!!! Prochaine rendez-vous avec Serendou, bientôt, la mi-mars arrivera vite !!